Dominique Jalu
Accueil > Quai des Marais > Lorraine Beaujouan : FACE À FACE

Lorraine Beaujouan : FACE À FACE

exposition du mercredi 28 mai au dimanche 8 juin 2014

vendredi 13 juin 2014

Je souhaite que mon atelier du Quai des Marais soit ouvert à des artistes amis et devienne, le temps d’une installation, un lieu de rencontre d’art contemporain. Pour inaugurer, Lorraine Beaujouan, une jeune plasticienne tourangelle, a proposer une exposition installation avec des encres sur papier de soie.
. . . . . . . . . . . . . . . . .

l’exposition s’est tenue du mercredi 28 mai au dimanche 8 juin 2014

DJ : Lorraine, qu’est-ce qui t’habite dans ton travail ?
LB : Le dessin est un moteur très important dans mon travail, qu’il entretient et alimente. En même temps, mon imagination m’entraîne, parfois trop loin à mon idée. Mais quand elle se confronte à un matériau, cette rencontre me pousse encore plus loin que je ne l’avais imaginé. C’est ce qui c’est passé avec la porcelaine et aujourd’hui avec le papier.
DJ : Est ce le dessin qui te porte dans l’évanescence, la fragilité du papier de soie, les rêves et les nuages ?
LB : Bien qu’il soit sans doute le fil conducteur de l’ensemble de ma pratique, pour la sculpture papier de soie le dessin reste un médium. Il fait ressortir le modelé des visages de papier de soie. C’est le matériau lui-même, sa transparence, sa finesse et sa plasticité qui m’a conduit à l’envisager de cette façon. J’aime utiliser des matériaux fragiles ou éphémères, comme le verre et les mouchoirs en cellulose. La fragilité de ces matériaux incarnés en visage renvoie aux vanités, à la finitude de l’être humain. Nuages ? Des milliers de particules qui forment un tout, rassemblées, cette idée est récurrente dans mon travail. Et quant au rêve, c’est plutôt lui qui me porte !
DJ : Pourquoi des visages ?
LB : Parce que pour moi le visage est très représentatif de l’être humain tout en laissant voir la singularité de chacun.
Il est changeant, mais toujours reconnaissable. Il peut cacher mais aussi refléter les émotions ressenties. Ce sont ses paradoxes, sa complexité, la difficulté à le capter complètement qui m’intriguent et m’interrogent. En plus, l’idée qu’un face à face se crée littéralement avec le spectateur me plait.
DJ : Quelle place a pour toi la répétition, la série, l’obsession peut-être même ?
LB : La répétition et la série sont très importantes dans mon travail, elles renvoient d’ailleurs à la question de la variation, qui tourne à la métamorphose parfois : Répéter mais différemment… Changement de matière, de technique et d’humeurs même. Pour l’obsession, je ne sais pas ; peut-être que je n’ai tout simplement pas terminé « d’expérimenter » autour du visage.

Voir : Blog de Lorraine...

Quelques images de l’exposition :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0